CONTRÔLES RADARS PRIVATISÉS

Le gouvernement, via le ministre de l’Intérieur, Gérard Collomb, a annoncé son projet de confier les opérations de contrôle de la vitesse des automobilistes à des sociétés privées, lesquelles utiliseront des radars mobiles embarqués sur des véhicules.

Le gouvernement, via le ministre de l’Intérieur, Gérard Collomb, a annoncé son projet de confier les opérations de contrôle de la vitesse des automobilistes à des sociétés privées, lesquelles utiliseront des radars mobiles embarqués sur des véhicules.

L’OTRE voit dans ce projet l’ambition pour le gouvernement de se constituer « une machine à cash », laquelle sanctionnerait également les petits excès de vitesse des automobilistes au rang desquels figurent des conducteurs professionnels.
« Cela signifie pour ces conducteurs un risque accru de perte du permis de conduire par cumul d’infractions mineures non génératrices d’accident ; C’est en quelque sorte l’application d’une double peine pour le conducteur routier », estime Jean-Marc Rivera, le secrétaire général de l’OTRE, laquelle dénonce « un racket organisé ».
L’organisation prône la mise en place d’une vraie police d’État de la route cherchant à sanctionner les pratiques dangereuses.
Elle appelle au recentrage des brigades motorisées de la Gendarmerie et de la police sur les missions de sécurité routière.

Source : L’Officiel des Transporteurs – septembre 2017